Semaine Sainte Jour 3

MARDI SAINT

Télécharger Mardi Semaine Sainte

Homélie du Lundi Saint

Conférence Lundi Saint    

Depuis Dimanche nous sommes entrés dans la Grande semaine, en ce deuxième jour de notre retraite de la Semaine Sainte:

 «Descendre dans la Mort pour remonter dans l’AMOUR Victorieux du Christ Ressuscité !»  

     En ce jour ou nous retrouvons la figure de Judas dans l’Evangile présentons au Seigneur Jésus les personnes qui vous ont déjà trahit, blessées, « vendues » La grâce du Pardon accordé peut nous libérer complètement du mal que nous avons subi. Loi d’être un sentiment affectif la Pardon est une décision de la volonté qui « veut vouloir » du bien à ceux qui nous ont fait du mal.

    Demandons le don ou la grâce de pardonner et laissons monter une prière spontanée dans laquelle je nomme la ou les personnes qui m’ont blessée.

LUNDI – MERCREDI SAINT :  LES JOURS DU FIANCÉ

Ces trois jours sont appelés dans la liturgie byzantine les jours du Fiancé. Ce sont bien les noces du Christ avec l’humanité qui vont être consommées dans le mystère pascal. Nous préparons notre cœur en veillant dans la foi, en tenant nos lampes allumées, en agissant comme les vierges prévoyantes qui ont gardé une réserve d’huile en attendant la venue de l’époux. Nous nous préparons à entrer dans la Chambre haute, le Cénacle, la Salle des Noces.

Durant ces trois jours, les premières lectures de l’eucharistie nous présentent trois Chants du Serviteur d’Isaïe dont le troisième est déjà dans la ligne du Souffrant.

Le MARDI SAINT, nous nous retrouvons dans la Chambre haute, au cours d’un repas, peu après que Jésus ait lavé les pieds de ses disciples. C’est là que le Christ va célébrer la Pâque.

C’est le soir, bientôt la nuit tombe : « Il faisait nuit » (Jn 13, 30). C’est l’heure des ténèbres. Les ténèbres envahissent peu à peu le cœur de Juda, envahissent le cœur de tous ceux qui vont demander sa mort, envahissent la terre : Jésus annonce la trahison de Juda ; Il annonce aussi le reniement de Pierre ; c’est l’heure où semble triompher le Prince des ténèbres.

Pourtant, au cœur de la nuit luit celui qui est la Lumière du monde : « Tout ce qui fut en lui était la Vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas saisie. » (Jn 1, 4-5) Les ténèbres ne peuvent obscurcir celui qui est la Lumière. Le Christ va transcender ces ténèbres et les transfigurer en amour. Toute la violence, la haine, la cruauté déchaînées contre lui ne pourront pas le sortir de cet amour, et vont même le conduire à un amour encore plus fou : un amour qui se donne jusqu’à la mort : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. » (Jn 15, 13) « Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers le Père, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême. » (Jn 13, 1)

Envers Judas qui va le trahir, envers Pierre qui va le renier, envers ses apôtres qui vont l’abandonner, envers ceux qui vont le crucifier, pas le moindre reproche, pas la moindre haine. « Mon ami » dit-il à Judas. « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34) envers ses bourreaux. Sur tous, un regard qui ne sait pas faire autre chose qu’aimer. Son amour transcende les ténèbres, le pardon dépasse la haine, la miséricorde efface l’iniquité ; miséricorde qui va s’étendre sur tous les hommes de tous les temps. « Les vrais regards d’amour sont ceux qui nous espèrent » (P. BAUDIQUEY)

En ce Mardi Saint, laissons-nous rejoindre par cet indicible regard de Jésus, un regard d’amour plus fort que toutes nos lâchetés, nos faiblesses, nos violences, nos ténèbres. Un regard qui purifie, qui relève, qui restaure.

Belle et douce journée bénie

À Notre-Dame de Paris

Marie, tu n’as pas abandonné ton fils
aux supplices de la croix et de la mort,
mais tu as enfanté avec lui
l’humanité nouvelle.
Aujourd’hui, tu es toujours là,
présente,
silencieuse,
compatissante,
en écho à nos souffrances.
Ne délaisse pas tes enfants de la terre
qui peinent sous le poids de l’épreuve.
Nous te contemplons debout
au pied de la croix en flammes,
l’âme traversée d’un glaive,
ta force nous redonne courage.
Notre Dame des larmes,
si proche de nos douleurs,
aide-nous à rebâtir ton église
qui tombe en ruines.
Notre Dame de Paris
Marie, tu n’as pas abandonné ton fils
aux supplices de la croix et de la mort,
mais tu as enfanté avec lui
l’humanité nouvelle.
Aujourd’hui, tu es toujours là,
présente,
silencieuse,
compatissante,
en écho à nos souffrances.
Ne délaisse pas tes enfants de la terre
qui peinent sous le poids de l’épreuve.
Nous te contemplons debout
au pied de la croix en flammes,
l’âme traversée d’un glaive,
ta force nous redonne courage.
Notre Dame des larmes,
si proche de nos douleurs,
aide-nous à rebâtir ton église
qui tombe en ruines.

Ecouter chant du jour : Pitie pour moi mon Dieu

 Nous vous recommandons d’avoir un petit cahier sur lequel vous pourrez noter les fruits de votre prière. Et ainsi à la fin de ce carême pouvoir relire les merveilles de Dieu dans votre vie ! Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous accompagner personnellement sur ce Chemin. N’hésitez pas à nous écrire ! et à vous abonnez au blog pour recevoir les derniers articles ou à laisser un commentaire au bas de cette page.

Bondyé béni zot byen béni

Fr Patrick-Marie (Fdsl)

Faire connaitre cette proposition à un(e) ami(e).

J’invite mes proches et leur partage cette expérience de Carême !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s