Semaine Sainte Jour 2

LUNDI SAINT

Lundi Semaine Sainte

    Depuis hier nous sommes entré dans la Grande semaine, en ce premier jour de notre retraite de la Semaine Sainte:

 «Descendre dans la Mort pour remonter dans l’AMOUR Victorieux du Christ Ressuscité !»  

     Et avant d’atteindre le coeur de cette semaine avec le Triduum Pascal nous pouvons en ce jour avec l’onction de Béthanie savourer le chemin parcouru jusque là. Je prépare un bon goûter ou un bon dessert que je partage avec mon invitant / mon invité ou avec un ami. Je peux par exemple cuisiner les biscuits de la joie selon la recette de sainte Hildegarde.

Recette des biscuits de la joie

Biscuits de la joie
- 500 gr de farine d’épeautre bio*
- 4 jaunes d’œufs
- 3 gr de sel*
- 180 gr de beurre
- 140 gr de sucre de canne*
- 70 gr de miel*
- 30 gr d’épices
(muscade, cannelle, girofle)
Faire fondre doucement le beurre, y ajouter le miel, le sucre, les jaunes d’œufs, le sel, la farine. Pétrir la pâte, l’étaler sur un plan fariné, y découper les biscuits à l’emporte pièce. Cuire 10 à 12mn en surveillant afin de ne pas trop cuire  (recette extraite de « Les recettes de la joie » de J. Fournier-Rosset aux Ed. Tequi)

LUNDI – MERCREDI SAINT :  LES JOURS DU FIANCÉ

Ces trois jours sont appelés dans la liturgie byzantine les jours du Fiancé. Ce sont bien les noces du Christ avec l’humanité qui vont être consommées dans le mystère pascal. Nous préparons notre cœur en veillant dans la foi, en tenant nos lampes allumées, en agissant comme les vierges prévoyantes qui ont gardé une réserve d’huile en attendant la venue de l’époux. Nous nous préparons à entrer dans la Chambre haute, le Cénacle, la Salle des Noces.

Durant ces trois jours, les premières lectures de l’eucharistie nous présentent trois Chants du Serviteur d’Isaïe dont le troisième est déjà dans la ligne du Souffrant.

L’évangile du Lundi Saint relate de L’ONCTION DE BÉTHANIE : Ce récit présente une proximité chronologiqueavec la Passion, puisque l’événement se passe six jours avant la Pâque. Proximité géographique, puisque Béthanie est à quelques kilomètres seulement de Jérusalem. Proximité littéraire car le texte est inséré dans le récit de la Passion. Proximité théologique, puisque l’onction de Béthanie annonce le don d’amour total que le Christ va faire lors de sa Passion ; le repas préfigure le repas pascal, le repas des noces du Christ avec l’humanité. A Béthanie prédomine déjà un climat pascal.

Le texte de l’onction fait référence à Lazare, que Jésus a ressuscité d’entre les morts, annonce de sa propre résurrection : « Je suis la résurrection et la vie. Qui croit en moi, même s’il meurt vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. » Lazare préfigure l’Eglise que nous sommes et qui est appelée à vivre de la vie du Ressuscité.

Marie a pris un parfum très pur et de très grande valeur. Ce parfum est l’expression la plus forte et la plus subtile de l’amour. Quand on aime, on ne calcule pas. Un peu à l’image du don de la pauvre veuve dans le tronc du temple, qui donne gratuitement, sans compter, qui a mis tout ce qu’elle avait pour vivre. Des gestes dans lesquels le Christ se reconnaît, lui-même se donnant totalement, donnant tout ce qu’il a, tout ce qu’il est. Un don qui n’a pas de prix, un don qui remplit toute l’Eglise que nous sommes de l’odeur de son parfum, le parfum qui jaillira de son côté transpercé par la lance et qui se répandra sur l’Eglise de tous les temps.

 Marie est la bien-aimée du Cantique des Cantiques qui prodigue son parfum pour son Bien-Aimé : « Tandis que le roi est dans son enclos, mon nard donne son parfum. » (Ct 1, 12)

Dans la version de St Marc, Jésus souligne la grandeur du geste de la femme : « En vérité je vous le dis, partout où sera proclamé l’Évangile, au monde entier, on redira aussi à sa mémoire ce qu’elle vient de faire. »  (Mc 14, 9) Ce geste par son caractère prophétique et exemplaire, est proposé à la contemplation des chrétiens de tous les temps ; il entre dans la proclamation de l’Évangile à toutes les nations.

L’onction de Marie est faite sur les pieds de Jésus, en préfiguration du lavement des pieds, du Christ Maître et Seigneur qui s’est fait le serviteur de tous, et qui nous appelle à aimer à son exemple.

L’onction ayant pour fonction dans l’AT de sacrer les prêtres, les prophètes et les rois, c’est à Marie de Béthanie d’être la main du Père oignant le Fils à son Heure comme Prêtre, Prophète et Roi.

Mais aussi, par son geste, Marie anticipe l’embaumement du corps de Jésus, qui ne pourra d’ailleurs pas être réalisé.

« Ce parfum est enfin celui de la prière. Celui qui porte la marque des sacrifices de bonne odeur. Car le sacrifice parfait est comme le parfum d’un cœur pur (Ez 20, 41). Que ma prière devant toi s’élève comme l’encens et mes mains comme l’offrande du soir chante le psalmiste (Ps 141, 2) C’est le parfum du cœur profond. (…) Car l’âme qui prie respire Dieu. L’Esprit qui anime sa prière, en elle, parfume toute sa vie. » [1]

Ainsi que le dit St Paul : « Nous sommes bien pour Dieu la bonne odeur du Christ parmi ceux qui se sauvent et parmi ceux qui se perdent… Une bonne odeur de vie qui conduit à la vie. » (2 Co 2, 15-16)

Judas intervient pour critiquer le geste de la femme, s’enfonçant peu à peu dans les ténèbres de son cœur et de son incompréhension sur l’amour qui se donne : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour 300 pièces d’argent. » Le contraste est saisissant entre l’amour qui se donne sans compter et le calcul mesquin de Judas.

En ce Lundi Saint, allons avec Marie à Béthanie, aux pieds de Jésus. Que sur lui, notre Bien-Aimé, nous versions le parfum de notre amour. Que toute la maison soit remplie de l’odeur du parfum.

Voici l’exercice spirituel donné ce jour au retraitant que je vous invite à vivre à votre tour. Dès demain vous retrouverez le premier enseignement de la retraite que vous retrouverez en audio à écouter pour affermir votre avancée avec Jésus.

Belle et douce journée bénie

Ecouter chant du jour : Jesus salvator lundi

 Nous vous recommandons d’avoir un petit cahier sur lequel vous pourrez noter les fruits de votre prière. Et ainsi à la fin de ce carême pouvoir relire les merveilles de Dieu dans votre vie ! Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions et pour vous accompagner personnellement sur ce Chemin. N’hésitez pas à nous écrire ! et à vous abonnez au blog pour recevoir les derniers articles ou à laisser un commentaire au bas de cette page.

Bondyé béni zot byen béni

Fr Patrick-Marie (Fdsl)

Faire connaitre cette proposition à un(e) ami(e).

J’invite mes proches et leur partage cette expérience de Carême !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s